Fracasser des avortons de gobelins

Harok(1) la bleusaille !(2)

 

Ici, on n’est pas pour là pour rigoler ! Je vais faire de vous de grands guerriers orques. Et si je n’y arrive pas, vous pourrez toujours vous faire enrôler chez les nains. Hé, c’est une blague ! Le premier que je vois avec un nain, je prends ma massue et je lui enfonce la tête jusqu’au nombril. Croyez-moi, là je ne plaisante pas !

 

Aujourd’hui, je vais vous apprendre comment combattre nos cousins : les gobelins. Ne riez pas. Je sais très bien ce que vous vous dîtes. Vous pensez qu’avec votre force vous pouvez écraser un avorton d’un coup de poing et que je n’ai rien à vous apprendre. Vous vous plantez. Les gobelins, vous ne les toucherez pas. C’est petit et vicieux, ces bêtes-là. Avant que vous n’abattiez votre massue sur une de leur tête de fouine, il aura esquivé et aura planté sa dague dans une partie charnue de votre anatomie. Et comme leurs dagues sont souvent empoisonnées, vous allez vous tordre de douleur et agoniser lentement devant les gobelins hilares. J’ai vécu cette scène plus d’une fois, je sais de quoi je parle. Pour vaincre un avorton, il y a deux méthodes. La première consiste à lever bien haut votre masse en la décalant du côté de la main où vous la tenez. Le gobelin va esquiver de l’autre côté. Avec la dague que vous tenez dans l’autre main, vous lui plantez le bide et c’est réglé. Quoi ? J’en étais sûr. Il y a des blaireaux qui n’ont qu’une seule arme. Pour ceux-là, il existe la méthode du brise-noix. Cette technique consiste en un balayage horizontal avec votre massue. Attention à faire cette attaque pas trop haute sinon il esquive en se baissant, ni trop bas sinon il peut sauter. Je vous conseille de le faire à la hauteur du bassin de l’avorton. Face à cette manœuvre, la plupart des avortons se tournent vers l’arme et se la prennent de face d’où le nom de cette méthode.

 

Levez-vous tous, prenez votre massue, on passe aux travaux pratiques.

 

Note du dragon noir

(1) Harok : équivalent au bonjour en orque

(2) Se faire appeler bleusaille est une insulte vexante, les orques étant très fiers de leur couleur verte.
Caltaron couleur gobelins olgir

Si ce truc vous a plu, tous les goûts sont dans la nature, vous pouvez commenter, vous abonner, partager ou juste cliquer sur « j’aime ».

Laisser un commentaire