L’asymétrie gobeline

Bonjour à tous, je rentre d’un voyage merveilleux qui m’a emmené dans les contrées lointaines du sud où j’ai fait la connaissance d’une charmante … mais je m’égare. Durant ce long périple de plusieurs années, j’ai eu le temps d’observer la faune et la flore de notre magnifique continent. Je vous livre la synthèse que j’ai pu élaborer lors de mes profondes réflexions.

Des savants un peu imbus de leur connaissance évoqueront la symétrie corporelle que la nature a octroyée aux être vivants. Termes pompeux pour décrire un fait qui n’a pas échappé aux non-érudits que vous êtes : la partie droite d’un corps ressemble à sa partie gauche. Cette remarque est vraie pour les êtres pensants comme pour les animaux.

Prenez un animal si possible docile (ou mort c’est mieux) et tracez un trait séparant son corps en deux parties égales et comparez. Au niveau de la gueule, les dents sont identiques de chaque coté. Il en est de même pour les yeux et les oreilles. Les morceaux de la gueule séparés par votre trait comme la truffe, par exemple, présente également cette particularité. Les pattes avant et arrières obéissent aussi à cette loi. Évidemment, certaines personnes un peu tatillonnes pourront signaler des différences sur la couleur du poil, de tâches de naissance, de boutons ou de petites excroissances. Je le reconnais : la symétrie n’est pas parfaite mais qui oserait soutenir que le monde est parfait ? D’autres plus pertinents argumenteront que cette symétrie n’est que superficielle. En effet, les organes internes ne possèdent pas une construction symétrique. Cette singularité est fort connue des bouchers et des assassins. Je le conçois mais cela n’est pas l’objet de mon étude.

Au premier coup d’œil, les plantes ne semblent pas non plus se plier à cette règle. Il est difficile de trouver cette symétrie pour les branches d’un arbre. Certaines espèces d’arbres donnent l’impression de pousser n’importe comment alors que d’autres plus ordonnées tendant vers cette symétrie sans toutefois l’atteindre. Mais si nous nous approchons de ses branches, nous retrouvons cette symétrie dans la formation de ses feuilles et de ses fleurs.

Vous conviendrez alors que les être vivants sont tous dotés d’une symétrie sinon totale du moins partielle. Cependant une exception existe : les gobelins. J’ai apporté un portrait d’un gobelin, observez bien. Je sais qu’il est difficile pour nous de le fixer car cette asymétrie nous dérange. Faites un effort et remarquez que les oreilles n’ont pas la même taille, les yeux ne sont pas au même niveau et n’ont pas la même forme, la bouche est tordue sur la droite, le visage est plus lisse et descend plus bas à gauche. J’ai poussé mes études plus loin. Je peux vous certifier que les corps des gobelins présentent cette même particularité : un bras plus long ou plus fin, nombre de doigts différent d’une main à l’autre, ventre difforme, jambes et pieds dissemblables. Ces particularités leur donnent une démarche bancale, un maintien disgracieux, et pour la plupart d’entre nous un aspect repoussant. Le phénomène de rejet unanime des peuples de Caltaron envers les gobelins expliquent leur attitude méfiante voire hostile envers les étrangers.

Pour conclure mon exposé, la prochaine fois que vous rencontrerez un gobelin, souvenez-vous de mon intervention, faites preuve de compassion et d’ouverture à leur égard, vous participerez à la bonne entente entre les peuples.

 

dragon vert olgir barde asymétrie
Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à commenter, à vous abonner, à partager ou juste cliquer sur « j’aime ».

Laisser un commentaire